Roland Sananès

 

 sananes1

«  Je n’ai vécu que pour l’Homéopathie, un amour dont j’ai toujours besoin de parler… »

 

Les uns me reprocheront de dire que Roland Sananès est un « Grand Bâtisseur de l’Homéopathie du 20ème siècle ». Les autres me reprocheront de n’avoir pas écrit un ouvrage rien que pour lui.

Ce que je peux affirmer, c’est que cet homme-là, détesté ou adoré, rejeté ou considéré comme peut l’être un maître…c’est que cet homme-là est un praticien de très haut niveau et que, depuis plus d’un demi-siècle, il est associé à tout ce qui intéresse la « médecine homéopathique ».

Je ne me souviens pas de notre rencontre, car j’ai l’impression que nous avançons ensemble depuis toujours. Roland est pour moi un « Homéopathe remarquable » et tout ce qui nous rapproche est une sorte de source de vie, près de laquelle nous aimons, toujours, nous retrouver.

 

Ses patients parlent de son pouvoir de communication…un médecin qui questionne, qui écoute, qui touche, qui sent, qui manipule…qui s’intéresse au corps et à l’âme…un médecin qui ne compte pas son temps mais qui explique son choix des remèdes. Il n’a jamais douté de l’importance des constitutions, des diathèses, du mode de vie, de l’hérédité…qu’on retrouve sur toutes ses prescriptions.

 

C’est cette homéopathie-là qu’il enseigne depuis tant d’années, et c’est uniquement cette homéopathie-là qu’il pratique.

Pluraliste ? Uniciste ? Des mots sans importance ! Ce qui compte pour le Docteur Sananès, c’est le malade et sa maladie et aussi le choix de la dilution qui décidera de l’amélioration des troubles. 

 

sananes2

 

Roland Sananès est né le 11 Août 1930, à Sidi Bel Abbés, en Algérie…un Lion des Aurès ? Un homme pas comme les autres, c’est plus que possible !

 

Notre rencontre remonte à avril 1971. Je viens d’intégrer les Laboratoires Dolisos et invitée à une réunion de la Société de Biothérapie, je retrouve mon ami Émile Iliovici qui me présente Julian, Michaux, Sananès…des hommes qui seront mes amis pendant des années et avec lesquels j’ai eu tellement de plaisir à travailler.

En 1973, Roland se réjouit de l’ouverture de mon cabinet et notre amitié se consolide. Nous sommes homéopathes et nous le faisons savoir. Nous prenons la parole dans des mairies, dans des cafés, dans des salles de sport…Nous avons expliqué au public ce qu’est l’Homéopathie et comment elle peut protéger la santé. Si nos clientèles nous avaient laissé un peu plus de temps, nous étions décidés à louer une caravane et à faire ainsi un « Tour de France de l’Homéopathie ».

 

Nous sommes restés des mois, voire même des années, sans aucun contact, mais, à la minute même où nous nous retrouvons, où nos embrassades nous réjouissent…alors, nous savons que nous sommes toujours prêts à tout partager.

 

Et ce que je suis en train d’écrire le prouve. Je me réjouis d’avoir fait de lui un « Homéopathe remarquable ». Je lui dois bien cette marque de très grande amitié.

 

Roland Sananès est un homéopathe de talent mais sa route a été semée d’embûches. On lui a jeté des pierres et des injures. Des portes se sont fermées…alors il a appris à se battre tout seul, sans baisser la tête. L’Homéopathie est devenue sa « maîtresse » et il la défend pieds et poings liés, aujourd’hui comme il y a trente ans. Et je constate que nous sommes toujours très proches.

 

Méprisé par l’industrie et par de nombreux confrères, il se tourne vers tous ceux qui, convaincus, ne demandent qu’à en savoir plus : les patients, les sages-femmes, les non diplômés…Tous le rejoignent en France, en Espagne, un peu partout dans le monde…Ce qui compte c’est la diffusion de l’Homéopathie, mais une diffusion construite, scientifique, qui ne cède rien à la facilité. Roland sait convaincre parce qu’il ne ment jamais. Oserai-je dire qu’il a quelque chose d’un magicien ? Probablement car si on l’écoute une fois…on souhaite l’entendre toujours.

En 1957, après avoir obtenu son diplôme de médecin, Roland s’intéresse à la médecine physique. Il entre dans un centre de thalassothérapie et lors des traitements de postcure il découvre que l ‘homéopathie est un atout supplémentaire de guérison. A Paris, il fait la connaissance de Salmanoff, ancien médecin de Lénine, de Julian, dont le savoir est infini, de Pierre Vannier, d’Émile Iliovici, de Michaud.

 

Tout le passionne et, plus que tout, l’enseignement. Il peut parler pendant des heures, debout, un micro dans une main, le visage tourné vers un public attentif.

 

Il imite Lycopodium ou Sulfur, décrit longuement les diathèses, mime les constitutions, décrit avec mille détails la vie de Samuel Hahnemann…

J’ai envie de dire : un grand acteur dont on ne se lasse jamais, mais, un grand acteur qui sait transmettre…aujourd’hui comme hier.

 

Il cherche des aides financières…mais il ne se vend pas. Il crée son école et les élèves accourent…de plus en plus nombreux. Il faut dire que les cours de Sananès sont bien plus vivants que ceux de nos facultés.

 

Dans chaque école, partout en France, il nomme un médecin responsable…mais pas facile de faire comme lui.

Il publie un premier livre, puis un deuxième…tous sont des best-sellers car ses patients, ne cherchant qu’à l’aider, en assurant la diffusion. Il parle de l’« Insomnie » avec des mots que tous peuvent comprendre. Il donne quelques conseils qui s’avèrent positifs…alors qu’on se le dise !

 

Roland se tourne vers l’Espagne, vers l’Europe, organise des croisières…Il y a ceux qui estiment qu’il en fait trop, ce sont souvent ceux qui ne font rien ! Un Français sur trois s’intéresse à l’Homéopathie, je pense qu’un « tribun » comme Sananès y est sûrement pour quelque chose.

 

Les années passent. Roland domine quelques ennuis de santé. Son dos se courbe mais l’homme-médecin reste droit.

 

Il me reçoit dans son appartement parisien. Je lui explique mon projet. Il est heureux de savoir que j’ai pensé à lui, heureux de retrouver une amitié qui était en sommeil, heureux que je comprenne qu’il est toujours aussi actif.

Cet homme-là ne peut pas être oublié. En permettant au grand public d’en savoir toujours plus sur l’Homéopathie, il s’est attiré bien des ennuis, bien des ennemis, mais il aura assuré l’avenir de notre thérapeutique. Il a su parler de la globalité de l’individu, faire comprendre que Hahnemann était un homme de science et que tous ces remèdes que nous prescrivions avaient prouvé, depuis bien longtemps, leur efficacité.

 

Roland Sananès est un médecin qui assume ses devoirs d’Homéopathe,  mais comme c’est bon de l’entendre décrire Lycopodium, Nux vomica, Argentum nitricum…dans une salle de cours ou dans n’importe quel Salon de Médecine naturelle.

 

Roland Sananès est un passionné aime les femmes, la peinture, les bons repas…dont il parle avec passion…mais il aime plus que tout cette médecine Homéopathique.  Quand il devine le bon remède, il laisse éclater sa joie et nous convie tous à en faire autant.

 

Il tient compte des états psychiques tout en dominant le physiologique. Il connaît le pouvoir des hautes dilutions mais il respecte les basses.

 

« Il me faut une découverte chaque jour, alors je lutte contre la schizophrénie, contre le psoriasis autant que contre la toux ou les petits bobos quotidiens…Je jongle avec les Hyosciamus 30CH, les Nux vomica 30CH mais je garde à portée de main les Sulfur iodatum 5CH ou les Clematis erecta 5CH. Je ne néglige surtout pas l’acupuncture, l’ostéopathie, l’iridologie…un malade peut avoir besoin de tout. Il ne demande qu’à guérir ». 

 

Nous sommes ensemble depuis presque deux heures. Cette immense « culture homéopathique » est bien celle que l’on retrouve chez tous nos « Grands Bâtisseurs ».

Je sais qu’il veut me parler de tout ce qui lui reste encore à faire, là et ailleurs.

 

« Les maladies chroniques assurent notre réputation mais nous sommes des médecins et nous devons être là, au moment même où nos patients sont bousculés par la maladie. Nous devons apprendre à les mémoriser, ces patients qui attendent tout de nous, car les remèdes d’urgence, et ils sont tellement nombreux, que nous allons prescrire devront être parfaitement ciblés…L’individualisation, c’est toute notre force !Ah ! Ce Hahnemann quel génie ! ».

Ah ! Ce Roland quel génie !

Je ne sais pas, cher Roland, si tu aimeras ce que je viens d’écrire sur toi…mais ce que je veux, c’est que tous ceux qui s’intéressent à l’Homéopathie, apprennent à te connaître et continuent à faire savoir que, sans toi, l’Homéopathie du 20ème siècle n’aurait pas été aussi respectée.

 

Dans ton ouvrage « Insomnie », il existe un chapitre que tu appelles : « l’Homéopathie, faits et regards » et tu cites Roger Martin Du Gard.

 

Je m’autorise à reproduire l’une de tes citations, quelques mots tout simples, qui en disent plus sur mon amitié qu’une banale conclusion.

« La supériorité des homéopathes, c’est surtout leur mentalité ; ce sont des gens pour qui tout est obscur dans la nature humaine, pour qui tout est complexe et sujet à tâtonnements et étude. Ils ne décrètent rien, ce sont des véritables esprits scientifiques, pénétrés de l’humilité de leur savoir, n’affirmant presque jamais, procédant avec patience et réflexion, et avant tout soucieux non des théories, mais du but pratique de leur rôle : adoucir les maux et si possible les guérir. »

Dr Jacqueline Peker

                                          

 

sananes3

 

 

Hommage à Roland Sananes

                                L’Homéopathie est en deuil.

Le  Docteur Roland Sananes nous a quitté, le 20 mars dernier

Sa  grande connaissance de la Matière médicale homéopathique comme sa culture générale  nous enchantaient. 

Ecxellent clinicien, il nous a laissé une bibliothèque, des cours, des clés et des schémas.

 

Il enseignait  avec art et intelligence, les signes caractéristiques des remèdes d’une façon  théâtrale. Les étudiants se précipitaient pour l’écouter et comprendre " la substantifique moelle" du remède et mettre en évidence les signes les plus communs comme les plus rares. 

 

Notre longue collaboration nous a permis d'assimiler, d’expliquer cette matière médicale, autant sur le plan toxicologique, chimique, biologique, cinétique et pathogénétique, que sur la recherche du Similimum. Sans oublier nos expériences cliniques convergeantes avec des résultats pharmacologiques probants.

 

C’était un jeu, on se renvoyait la balle.

Je me souviens des réunions que le Docteur Sananes organisait chez lui, la veille d’un cours, avec les Drs Guermonprez et Michaud, où la convivialité, se mêlait aux échanges  ….

 

En Juin 2019, lors du Congrès International de l'IHS,  il a présenté quelques cas cliniques.  Infatigable enseignant, Il était  heureux de transmettre encore une fois son expérience de médecin homéopathe. 

 

J'adresse  à sa famille, mes sentiments attristés et mon amitié sincère.

 

                                 

 

Albert-Claude Quemoun

Président de l’I.H.S.

Ex Président de la S.F.H.